Au jour le jour

Réveil après confinement

4 mai, premier jour de déconfinement au Québec pour les entreprises qui ont pignon sur rue. Je vais pouvoir aller acheter les boutons pour les petites vestes que j’ai tricotées ! Je n’ai cependant pas hâte à l’ambiance dans les magasins, où chacun se regarde de travers et est prêt à faire un saut de grenouille en arrière de peur d’attraper petit virus.

Alors aujourd’hui, quand je vais retourner dans la société, je vais faire des sourires à deux mètres de distance et plus et je vous invite à en faire autant. Semons les sourires et la confiance plutôt que la peur !

Quand le peuple se soulève

Il y a deux jours, une amie m’a envoyé une action à faire proposée par JJC qui explique bien tout ce qui se passe actuellement vu de l’autre bout de la lorgnette, soit d’un autre angle de ce que les gouvernements nous disent.

JJC proposait que nous fassions une action, soit d’enregistrer une vidéo d’une minute où chacun dit à son gouvernement ce qu’il/elle ne veut pas en termes de vaccination, puçage, confinement, etc. En moins de 12 heures, il a reçu 1200 vidéos.

Dans une de ses vidéos précédentes, JJC expliquait bien ce qui se passe actuellement, toutes les manigances derrière cette situation. Toutes les actions que les gouvernements profitent de faire dans notre dos pendant qu’on est confinés. Ils pensent qu’on ne voit rien, comme les tours de 5G qui poussent ici et là.

Ce que je sens de plus en plus clairement, c’est que les gouvernements divisent pour mieux régner. Pour info, je vous invite à lire cet article, Les dix stratégies de manipulation de masses par Noam Chomsky.

Un autre type de grippe mais pas plus dangereuse

Il y a effectivement un virus qui se balade et contamine. Il rend malade et fait éventuellement mourir les plus faibles mais pas plus que la grippe Influenza qu’on attrape de temps en temps dans notre vie. Cette grippe contre laquelle on vaccine tant de personnes qui, après avoir été vaccinées, tombent justement malades de cette grippe. Certains en meurent. Bien plus que du Covid-19.

A ce sujet, Jean-Dominique Michel, un des plus grands spécialistes mondiaux de santé publique depuis 30 ans, (qui a eu lui-même le Covid-19) dit très clairement que le Covid-19 est équivalent en termes de contagiosité, dangerosité et létalité, que la grippe Influenza qu’on a chaque année. Je vous invite à vraiment prendre le temps de visionner cette vidéo.

Immunisation sociale

En restant confiné à la maison, on évite de contaminer ou être contaminé par les virus, peu importe lesquels. C’est tout à fait vrai.

Par contre, on sait qu’en y étant exposé, on va éventuellement en devenir porteur sans forcément développer la maladie. Cela amène à en devenir immunisé, le principe de la vaccination de façon naturelle. C’est ainsi que nous avons pu nous immuniser contre la grippe Influenza – l’habituelle grippe que nous contractons de temps en temps – puisque nous la côtoyons depuis des siècles. Pour le Covid, notre société doit développer son immunité et ce n’est pas en s’en cachant qu’on va y arriver.

C’est pour ça que les gouvernements s’attendent à ce qu’ils appellent la « deuxième vague » de la maladie. Une fois que nous serons sortis de notre confinement et que nous aurons à nouveau côtoyé des gens, certains développeront alors la grippe en question, comme n’importe quelle grippe annuelle que nous avons chaque année.

Une de mes amies infirmière m’a donné des nouvelles l’autre jour : « Ma belle-maman (près de 80 ans) a fait le covid et l’a surmonté, ma fille aussi et aujourd’hui tout le monde va bien ».

Il est important d’arrêter de croire que ce virus est plus dangereux que la grippe qu’on a chaque année et de ne pas accepter plus de confinement. Nous devons nous auto-immuniser contre ce virus et c’est en se rencontrant qu’on va pouvoir le faire sinon on va devoir vivre confinés jusqu’à la fin de nos jours.

D’ailleurs, certains pays comme la Corée et Hong Kong n’ont pas imposé de confinement ni fermé les entreprises. Ils n’ont pas eu plus de cas, au contraire. CQFD.

Confinement fragilisant

En nous forçant à nous tenir loin les uns des autres et à vouloir nous garder dans un état de terreur, le gouvernement va à l’encontre de nos besoins fondamentaux de se rencontrer, se parler, échanger et surtout, se toucher. Cette situation va très probablement, si ce n’est pas déjà fait, amener certains à vivre des problèmes de santé mentale comme la dépression ou la maladie physique et/ou mentale, ces personnes n’étant pas assez fortes mentalement pour vivre la solitude et le confinement.

Ceux qui acceptent, choisissent et apprécient ce confinement, et éventuellement la solitude, vivent ces temps agréablement car ils font le chemin de développement personnel pour y vivre en paix et sérénité. Ils apprécient ce temps.

Par contre, pour ceux qui n’ont pas choisi ce confinement, à qui il a été imposé malgré leurs besoins et fragilité, cette situation peut être traumatisante et amener jusqu’à la psychose voire le suicide, comme dans les prisons, par exemple. A ce titre, je n’ai pas vu de nouvelles nulle part annonçant le nombre de suicides dus au confinement… ?! Il doit y en avoir pas mal mais les médias préfèrent ne pas en parler.

Trois types de réactions

J’ai l’impression qu’on peut s’attendre à trois types de réactions possible dans ce déconfinement :

1. La fragilisation par la peur de la maladie (donc de souffrir et de mourir éventuellement, qui est la peur ultime) amenant la personne à devenir un mouton à la solde des médias et gouvernements en leur donnant tout pouvoir et pensant qu’il va tout régler pour eux. La personne n’a cependant pas la force mentale pour tenir le coup et tombe éventuellement dans la « mal-a-dit » mentale ou/et physique suivant le temps passé en confinement. Elle s’effondre petit à petit.

2. La frustration doublée de la peur de mourir pouvant amener à l’agressivité voire la violence : les moutons apeurés se rebellent. L’état anxiogène du confinement finit par les faire exploser. La moindre petite allusion peut leur faire monter la moutarde au nez et ils n’ont éventuellement plus le contrôle sur leurs émotions et réactions. Ils pètent des coches facilement. On sent leur peur rayonner de loin. Ils pourront aussi éventuellement frôler voire vivre une forme de psychose.

3. La sérénité : on apprécie ce temps de repos et introspection pour apprendre à s’aimer et à aimer la solitude… à tel point qu’on en finit éventuellement par ne pas avoir envie de sortir au risque de rencontrer des frustrés agressifs.

Bien sûr, on peut vivre un peu des trois mais on va principalement se retrouver dans une des trois catégories.

Dans tous les cas, JJC parle aujourd’hui du fait de devoir se désintoxiquer du confinement et de la psychose afin de pouvoir reprendre une vie « normale » après déconfinement.

S’impliquer ou pas

Quand mon amie m’a transmis l’action suggérée de JJC dont je parlais au début de cet article, elle m’a dit vouloir faire une telle vidéo pour exprimer qu’elle en a marre de se sentir manipulée par le gouvernement et qu’elle ne se ferait pas vacciner, pas pucer, etc. Je me suis demandée si j’allais le faire, étant dans cette ligne de pensée aussi.

Après réflexion, j’avoue sincèrement que je préfère laisser les autres se mettre sur la scène et crier haut et fort ce qu’ils veulent exprimer. Étant une personne publique depuis longtemps, je me tâte toujours avant de donner mon avis clairement sur un sujet délicat car je n’ai pas envie d’avoir à gérer tous les détracteurs et les insultes éventuelles et très probables. Ça ne m’intéresse pas.

Depuis bientôt 23 ans que je suis sur le web à écrire régulièrement, je me suis permise quelques fois, comme aujourd’hui, d’exprimer un avis clairement. Rien de bien grave. J’ai eu alors à faire face à des personnes pétant leur coche car pas d’accord avec ma façon de voir les choses et m’insultant de leurs frustrations. Je n’en veux pas. Ces frustrations et croyances ne m’appartiennent pas et je n’ai pas à les supporter. Qu’on me dise les choses gentiment et je vais les écouter. Qu’on me les dise méchamment et je vais les supprimer, tout simplement.

Je ne suis pas d’accord avec plein de choses mais je n’invective personne. Je ne laisse même pas de commentaire. Je fais MON chemin à moi. Celui qui me semble juste. Celui que je veux pour une société remplie d’amour et de compassion, de bienveillance et d’entraide, de joie et de sincérité. Je suis une idéaliste, je l’admets, et ces valeurs et espoirs ne m’ont jamais quittée.

Introspection et gestion des émotions

Je m’arrête souvent pour penser à la situation, à ce qu’elle m’apporte ou comment elle me dérange. Je vis seule chez moi depuis le 24 mars dernier et j’apprécie vraiment ce temps de repos et d’introspection mais ce n’est pas le cas de tout le monde.

Si je n’aime pas, si je me sens mal, je regarde en moi pourquoi et comment cela me dérange. Je découvre alors une croyance, une blessure, une situation vécue désagréable qui me rappelle ce que je vis actuellement. Le temps de déconnecter et guérir le passé et le présent redevient agréable.

Ce que je vis m’appartient à moi et moi seule. Je n’ai pas à en garocher* aucune frustration sur personne. Mes émotions m’appartiennent et je dois en reprendre le pouvoir. Je peux partager l’essence de ces émotions, ce qu’elles me  font vivre, dans la conscience, le calme et en toute responsabilité de ce que je vis, mais pas dans la réactivité garochée à quelqu’un qui ne le mérite pas et sans aucun contrôle sur mes réactions. Je dois AGIR et non RÉ-AGIR.

Chacun doit respecter les croyances de chacun. Si on n’est pas d’accord, on commence par respirer un bon coup et regarder ses émotions pour les gérer. On voit ensuite si c’est important de les exprimer. Si c’est le cas, alors on le fait avec politesse et calme. On dépose un avis. On n’agresse personne car la colère appartient uniquement à la personne qui la vit. Personne d’autre.

C’est ce que j’espère qui va se passer dans les jours et mois à venir : que plus de personnes prennent la responsabilité de leur pouvoir d’amour sur la peur. Qu’elles préfèrent s’occuper de leurs souffrances plutôt que de les garocher sur les autres par peur de souffrir et de la mort, comme un au-secours. Car la peur dans laquelle les gouvernements nous font vivre en ce moment amènent bien des gens à crier au-secours, consciemment ou inconsciemment, chacun à leur façon. Pas juste les aînés. Beaucoup de monde.

Prions pour que ces personnes trouvent la force et la sérénité de regarder dans leur coeur pour trouver les réponses et les guérisons et qu’elles puissent vivre dans l’amour et la sérénité afin de créer ensemble le monde meilleur auquel nous aspirons tous.

De tout coeur

Dominique Jeanneret

© Tous droits réservés. Reproduction interdite sans mon autorisation.

———————

* garocher, en québécois : déverser, lancer, jeter vivement

 

6 Comments

  • Anicette

    Bonjour,

    Tout est dit, je te rejoins jusqu’au bout de ton raisonnement, c’est exactement ce que je ressens… et ça fait du bien de te lire, par moments j’ai l’impression d’être « à côté de la plaque » tellement tout ça me paraît lointain… Alors sans doute est ce qu’on est simplement sur « notre plaque », donc à notre place !
    Belle journée à toi et merci.

    • Dominique

      Merci Anicette,
      effectivement, on peut avoir l’impression d’être à coté de la plaque mais en fait, on est dans la nôtre, à côté de la leur 😉
      Soyons nous et respectons-nous.
      A bientôt et merci d’avoir passé !

    • elisabeth

      Bonjour Dominique, je partage à 100% ton opinion sur ce qui se vit sur la planète actuellement, et c’est vraiment agréable de voir une autre personne penser ainsi. D’ailleurs je comprends pourquoi je te suis depuis si longtemps, beaucoup de choses de tes écrits font écho chez moi.
      Je partage également ce choix de ne pas « sur-réagir » avec violence etc, même si nous ne sommes pas dupes de ce qui se passe.
      Donc encore merci de tes publications enrichissantes.

      • Dominique

        Merci beaucoup Elisabeth, d’avoir pris le temps de me laisser un message.
        Je suis toujours touchée quand quelqu’un partage mon opinion, parfois hors du commun.
        Ensemble, nous y arriverons !
        Au plaisir et porte-toi bien

  • Nadine

    Merci pour ce message dans lequel je me retrouve ; ça m’émeut beaucoup d’ailleurs car étant à coté de la plaque aussi, je me demande parfois si je ne devrais pas faire des efforts vers… ecouter des infos… me remuer un peu… bref… Et … je reviens vers moi ! Merci
    Qu’il est bon de lire ces mots.
    Je vous envoie douceur, paix, lumière et amour infiniment.
    N

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *