Au jour le jour

Les retrouvailles de Noël

C’est aujourd’hui Noël et je suis chez ma soeur. D’habitude, les années passées, elle ne fêtait pas et restait tranquille pendant que ses garçons étaient avec leur père. Nos parents nous ont quittées il y a près de vingt ans. C’était aussi l’occasion pour elle de ne pas se casser la tête pour trouver des cadeaux, organiser les repas, etc.

J’ai quand même réussi à accrocher quatre bas de Noël sur la cheminée, trouvés in extremis dans un bazar en ville, et on a tous joué le jeu de les remplir avec de petites attentions. J’ai aussi acheté des petits bonshommes sucrés pour le petit déjeuner. On ouvrira les cadeaux à midi avec mon neveu, son frère aîné ayant décliné l’invitation.

Hier soir, alors qu’on regardait un film avec ma soeur, elle me dit soudainement « C’est la première fois depuis longtemps qu’on fête Noël en famille ?! ». Je n’ai pas compris tout de suite. On était juste les deux. En famille ?

C’est vrai, nous formons une famille, elle et moi. On a grandi ensemble jusqu’à ce qu’elle ait 12 ans et moi 18, quand je suis partie vivre à Genève pour faire mes études à l’université. C’est alors que j’en ai profité pour ne plus participer aux réunions de famille.

Nous nous sommes regardées et avons tenté de se souvenir du dernier Noël passé ensemble, les deux, avec la famille. Voulant dire avec notre maman car c’est elle qui l’organisait chaque année avec beaucoup d’amour et d’espoir d’une soirée heureuse malgré l’ambiance de violence qui régnait dans la maison.

Nous n’avons pas réussi à nous en souvenir, de ce dernier Noël ensemble, marquées toutes les deux par la dernière réunion de famille où je me suis battue avec mon beau-père – son père – devant toute la famille réunie pour fêter ensemble. J’ai alors quitté la réunion de famille et n’ai plus jamais participé à ces moments que je trouvais à la fois beaux et remplis d’amour – grâce à maman et grand-maman. Une énergie anxieuse régnait néanmoins à cause du beau-père car nous savions que le dénouement final allait être de la violence envers notre maman.

Eh oui, ça fait très longtemps que nous n’avons pas fêté Noël ensemble, ma soeur et moi, probablement une quarantaine d’années, en fait, environ. La vie nous a séparées quand nous étions encore jeunes. Nous ne nous sommes alors plus croisées que sporadiquement jusqu’à ce que je parte au Québec à l’âge de 24 ans. Je ne l’ai pas vue grandir.

Les retrouvailles entre elle et moi se sont déroulées tout doucement ces dernières années. Cet automne, elle m’a proposé généreusement de passer l’hiver chez elle puisque toutes mes activités en Europe ont été annulées et que je n’ai plus de chez-moi, toujours nomade.

Malgré ce qu’on a vécu quand nous étions jeunes, ces fêtes de Noël organisées par notre maman m’ont toujours été un baume au coeur même si elles se terminaient invariablement par de la violence physique de la part du mari de maman, le père de ma soeur. Ma demi-soeur, en fait, mais pour moi, c’est ma soeur.

Chaque année, maman mettait tous ses espoirs d’une soirée heureuse en famille, celle qui aurait dû être la plus belle de l’année. Elle préparait le sapin, le souper, les cadeaux. Elle y mettait tout son amour et ça se sentait. Elle espérait tant que tout se passe dans le calme, l’amour et la joie. J’en garde de beaux souvenirs et j’en ai écrit un conte, il y a longtemps, que vous pouvez lire ici.

C’est pour ça que je ne comprends pas les gens qui refusent de célébrer ce moment qui se veut de paix et d’amour, peu importe l’histoire du petit Jésus et des cadeaux si on n’aime pas. Juste de l’amour et de la paix. C’est juste ça que maman voulait nous faire vivre et que je tente de recréer, un petit peu, chez ma soeur cette année.

C’est aussi ce que je vous souhaite aujourd’hui et chaque jour. Juste de l’Amour dans la paix et la joie.

PS : j’ai beaucoup de cadeaux à vous offrir dans ma dernière infolettre que vous trouverez en cliquant ici !

De tout coeur

Dominique

 

 

3 Comments

  • Nathalie

    Bonjour Dominique,
    j’aime toujours te lire et comprendre tes textes.
    je me vois moi même dans ce réveillon de Noël ou du fait que les parents ne sont plus présents.
    je trouve plus difficile nos réunions de famille.
    j’adorais ça enfants , l’odeur du vrai sapin , les petites bougies sur leurs petites pinces accrochées au sapin.j’ai un peu perdu cette féérie depuis quelques années. famille un peu divisé.
    je ne mettais plus de décos de noël ces dernières années, je profitais plutôt de celles chez un de mes frères.Ce noël étant très particulier j’ai décidé de remettre quelques petites décos dans la maison pour que Kerian est quand même le goût de noël .quand il était petit ,il avait toujours un vrai sapin et les décos dans la maison. la crêche de ma maman me suit toujours.
    ce qui m’a perdu à un moment c’est le fait de la commercialisation de ces fêtes, c’était trop.
    La famille où chacun le vie avec sa propre famille ou belle famille. je ne voulais plus faire de faux choix. hier soir je nous est fait un petit repas de Noël cool chose que Kerian aime. des petits toasts une pintade et des chouquettes, simple mais efficace. Il a été heureux d’offrir une couverture à son Filou, on a pas encore trouvé pour Meika un truc sympa Lol. hier en me promenant au bois j’ai trouvé un pinson des arbres blessé, je l’ai ramené à la maison , je vais essayer de le soigner. voilà mon nouveau noël revisité… Passe un joyeux Noël avec ta soeur et neveu.je trouve ça génial ! xoxo de France Nathalie

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.