Au jour le jour

Le mur blanc

Il y a deux nuits, j’ai fait de l’insomnie. Plutôt que de ressasser et me retourner sans trouver le sommeil, j’ai allumé la lumière et me suis assise dans mon lit. Comme je ne fais que dormir dans ma chambre à coucher, ou presque, je ne l’ai pas beaucoup décorée, hormis mon grand éléphant en batik à la tête du lit.

Assise, donc, dans mon lit, je regardais le mur en face de moi (et de mon éléphant). Un mur blanc. Un mur sans rien. Vide. Libre. Infini.

Ce qui m’est alors monté est que ce mur est comme ma vie, notre vie. Ouvert à l’infini. Que je peux y mettre ce que je veux. Un tableau, une étagère, une photo, une affiche, le peindre… Libre à moi de le décorer comme mon coeur en a envie.

En pensant à ma vie, je me suis alors dit qu’elle est toujours ouverte devant moi vers l’infini mais je l’avais un peu oublié. Dans ce monde confiné depuis six semaines, seule à la maison, je me demandais dernièrement ce que j’avais envie de faire, de créer, quel travail j’avais envie de reprendre, quels projets à remettre en place et je ne savais plus trop. Dans ce temps-là, j’arrête de me poser des questions car je sais que les réponses vont venir toutes seules et qu’il ne sert à rien de chercher. Comme disait Picasso (je crois), « Arrête de chercher et tu vas trouver ». C’est du pur lâcher prise et confiance en la vie et c’est ainsi que ça fonctionne pour moi, sans me casser la tête.

A ce moment-là, la vue du mur blanc m’a donné la réponse : à moi de créer ma vie comme je le veux.

Ceci dit, ce que je veux ne se réalise pas forcément au moment où j’y pense. Parfois les réponses et la réalisation de mes rêves arrivent très vite. Elles peuvent aussi prendre du temps, beaucoup de temps, mais j’ai réalisé des rêves d’enfant bien des années après y avoir rêvés et je continue à vouloir en réaliser car je sais que, un jour, ils deviendront réalité. Même ceux tapis dans mon esprit dont je ne me souviens consciemment plus.

A ce sujet, je vous invite à visionner cette vidéo que j’avais enregistrée il y a quelques années (avant que j’arrête de me teindre les cheveux et qu’ils deviennent tout gris 😉 ) où je vous raconte la réalisation de trois rêves grâce à un quatrième que j’avais complètement oublié :

Décisions et reprise des activités

Hier dimanche, j’ai pris ça cool et j’en ai profité pour terminer les tricots : coudre les boutons et les étiquettes de lavage.

Quelques jours plus tôt, j’avais retrouvé des étiquettes du temps où je créais des vêtements d’enfants en couture. Je suis alors allée m’assurer que mon numéro de fabricant canadien était toujours en vigueur. J’ai aussi réinscrit ma marque Noisette et Chocolat au registre des entreprises et ai ainsi pu coudre mes étiquettes officielles dans chacun des tricots.

Ça m’a fait drôle. J’avais fermé mon entreprise en 1996. Vingt-quatre ans plus tard, je la remets en vigueur et j’en suis très heureuse.

Voyages de groupes au Sri Lanka

J’avais reçu un email de mon agente de voyages au Sri Lanka la semaine passée, me disant qu’elle est prête à reprendre l’organisation de mes voyages. J’avais laissé mijoter, ne sachant pas trop, avec tout ce qui passe dans le monde….

Ce matin, ça m’est venu tout seul, spontanément, et je lui ai récris avec le premier tour à organiser. Quand ça se passe simplement comme ça, le coeur léger, je sais que c’est parce que c’est juste.

J’aimerais organiser et guider au moins deux ou trois voyages différents au Sri Lanka entre février et mai 2021. Il y a tellement de beaux endroits à visiter et de belles personnes à y rencontrer. On se croise les doigts que la vie redevienne normale d’ici là et qu’on puisse à nouveau voyager librement.

Mon logement

Alors que j’étais encore au Sri Lanka cet hiver, je devais répondre à mes propriétaires qui m’avaient donné mon renouvellement de bail pour le 1er juillet, avec augmentation bien sûr.

Ce qui me venait tout le temps, c’était de rester dans mon appartement jusqu’au 31 août et de repartir ensuite pour ma tournée d’hiver entre l’Europe, le Maroc, la Réunion et le Sri Lanka. Je voulais donc casser mon bail au 31 août et non pas au 30 juin, ce que je leur ai alors proposé. Ils avaient refusé alléguant que les appartements se louent plus facilement au 1er juillet qu’au 1er septembre. J’avais donc continué à réfléchir. J’avais jusqu’au 14 février pour leur répondre.

Arrivée près de cette date, je leur ai écrit que je renouvellerais mon bail pour un an. Je m’étais informée et savais que j’avais des possibilités de partir avant tout en cédant mon bail.

Ce matin, en me levant, une réponse claire m’est venue : écrire à mes proprios pour leur dire que je quitterai le logement le 31 août 2021, ce que j’ai fait en leur demandant d’accepter de casser mon bail alors ou que je ferais une cession de bail. Deux heures plus tard, un des proprios était chez moi pour en discuter. Nous nous sommes entendus sur le fait que je vais faire les annonces pour trouver un nouveau locataire d’ici cet été et qu’il cassera alors mon bail. Tout va bien. Il me reste à trouver la personne qui aimera ce petit appartement lumineux au point de le louer pour le 1er septembre prochain.

Un modèle particulier de tricot

J’avais eu un coup de coeur pour un petit cache-coeur d’enfant pour lequel j’avais acheté le patron la semaine passée. Ce matin, j’ai décidé de m’y mettre quand je me suis rendue compte que les explications étaient tellement compliquées que je ne pouvais pas le suivre.

J’avais vu la photo de ce petit modèle ailleurs. J’ai réussi à retrouver où, dans un groupe FB. En fouinant, j’ai vu que, dans les commentaires, la tricoteuse avait partagé gratuitement le patron… que je me suis empressée d’imprimer. Il était simple et facile à comprendre. Cela m’a pris quatre heures et voici le résultat :

Comme quoi, quand on a la tête dure et qu’on ne se laisse pas décourager, et qu’on sait qu’on est juste dans notre action, on arrive toujours à ses fins ! 😉

Déconfinement

C’est aujourd’hui lundi 11 mai, jour de déconfinement. Juste à penser au nombre de personnes partout dans les magasins et autres, je préfère encore rester chez moi. Je vais attendre que la cohue se dissipe… J’ai tendance à faire la souris dans son trou. J’y suis bien 🙂

PS : merci de laisser vos commentaires sous cet article et non dans Facebook ou autre, qu’il reste avec l’article.

De tout coeur

Dominique Jeanneret

© Tous droits réservés. Reproduction interdite sans mon autorisation.

Photo : Pixel2013

 

 

4 Comments

  • Ursot Pascale

    Coucou Dominique, je me régale de te lire….tout est fluide dans tes récits….et je me sens toujours apaisée après t’avoir lue…Je n’ai pas oublié ma proposition mais ici les choses sont un peu compliquée actuellement pour toute personne venant de l’étranger car quatorzaine obligatoire à l’arrivée sur l’ile pour l’instant jusqu’à Septembre. Bonne soirée Dominique

    • Dominique

      Coucou Pascale !
      Toujours heureuse de te lire. Merci pour ton commentaire qui me touche et me fait plaisir.
      Je sais qu’on met tout sur la glace pour le moment. On s’en reparlera pour 2021.
      A bientôt et merci

  • LE FLOCH

    Bonjour,
    Merci pour ces instants pleins de sérénité et mouvement créatifs.
    Bon courage et bonne continuation.
    Corinne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *