Au jour le jour

Les cadeaux des hasards de la vie

4h du matin. Les beeeps des camions qui reculent troublent mon rêve et des gyrophares illuminent derrière mon rideau de chambre. Je finis par émerger du rêve. Je me lève et vais voir en avant. Une voiture de police avec les feux rouge et bleu qui clignotent. Je me recouche.

D’autres camions arrivent avec leurs beeeps-beeeps de recul. Les lumières qui tournent sont plus présentes. Je me relève et vais voir en avant. D’autres voitures d’urgence et une ambulance sont stationnées devant chez moi. Un camion de pompiers au coin de la rue.

Curieuse, je vais sur le balcon arrière. Trois autres camions de pompiers sont devant le bloc de logements à côté de chez moi. Les pompiers s’affairent rapidement. Une dame est sur son balcon, en face du bloc de l’autre côté de la rue, et regarde la scène calmement.

A 4h45, le feu est maîtrisé et les personnes évacuées sont rentrées chez elles. Les véhicules d’urgence rangent leur matériel et quittent les lieux. Je prends quelques photos et en mets une dans le groupe FB du quartier. Je vais me recoucher et dors une petite heure.

A mon réveil, un article de journal était mentionné sous ma photo (dans le groupe FB) qui expliquait l’incident. Pas de blessés. C’est le plus important.

Nouvelle voisine

Une discussion par Messenger s’engage alors avec une jeune dame qui a envoyé une photo sous la mienne. Elle habite en face de chez moi et a pu voir ce qui se passe. On fait connaissance par chatt. L’échange est charmant et on se promet de se rencontrer bientôt.

Au fur et à mesure de la discussion, j’apprends que cette jeune dame, qui a une adorable fillette de six ans qu’elle élève seule, est une spécialiste des voyages ! Que le monde est petit mais, surtout, comment la vie met sur notre chemin des gens en rapport avec nous, en reconnaissance d’âmes. J’ai un bon feeling avec cette jeune femme et je me réjouis de la rencontrer ainsi que sa fillette.

S’il n’y avait pas eu ce feu, je n’aurais probablement jamais été en lien avec cette jeune femme et je sais qu’il y a une raison à cette rencontre. Je la devine mais elle sera confirmée quand on se verra.

Nous sommes tous interreliés

J’ai un ami qui me disait souvent « Si je ne t’avais pas connue, tu n’aurais pas eu/vu/fait ci ou ça » comme s’il se rendait responsable de ma vie, dans le sens fier d’avoir été l’instigateur de bien des choses positives dans ma vie.

Effectivement, mon chemin aurait été différent si je ne l’avais pas rencontré, si j’avais rencontré une autre personne. C’est le principe du battement d’aile du papillon en Amazonie qui crée un ouragan à l’autre bout du monde. Tout s’enchaîne ou, comme Blaise Pascal l’a dit : « Le nez de Cléopâtre, s’il eût été plus court, toute la face de la terre aurait changé » 😉

Le hasard d’un téléphone, un jour que j’étais au bureau et cherchais un fournisseur, a amené à une rencontre avec un homme qui est devenu mon meilleur ami, mon frère de coeur. Il aimait se targuer qu’il faisait beaucoup pour moi et c’était vrai. J’ai toujours eu une infinie gratitude pour cet homme qui m’a donné beaucoup et à qui je donnais aussi beaucoup. Chacun à notre façon.

A chaque fois qu’il me disait sa phrase (ci-haut), j’avais l’impression qu’une partie de mon pouvoir m’était enlevée, qu’il se l’appropriait. Subitement, une partie de moi était vidée comme si je n’avais pas le pouvoir sur ma vie mais qu’elle était lancée/contrôlée/destinée par d’autres personnes et, du coup, évènements.

J’ai mis du temps avant de récupérer mon pouvoir et lui répondre que ma présence dans sa vie avait aussi influencé sur bien des décisions et actes qu’il avait pris, sur des situations et des rencontres, sur de belles choses qu’il vivait ou avait vécues « grâce » à moi.

D’aussi loin qu’on regarde en arrière, on trouve bien des personnes qui sont « responsables » de ce qu’on vit aujourd’hui. Par exemple, si ma mère n’avait pas épousé un homme violent, je ne serais pas la personne que je suis aujourd’hui. Si je n’avais pas eu tel professeur, je ne serais pas qui je suis. Si… si…

On a l’impression éventuellement que notre chemin est tracé par les personnes qui arrivent sur notre chemin. Elles l’influencent, c’est sûr, mais c’est quand même nous qui acceptons ou pas, consciemment ou pas, de vivre ces « influences » qui nous mènent sur un bon ou un mauvais chemin qui correspond ou pas à ce qu’on aime et qu’on veut pour être heureux.

Nous sommes libres de dire oui ou non à tout ce que la vie nous présente, nous fait vivre. On croit parfois que certaines situations sont hors de notre volonté. Je ne le crois pas. On attire tout ce qu’on se fait vivre sauf que, éventuellement, on les attire inconsciemment par des pensées inverses à ce qu’on veut vraiment.

Le bagage karmique

Par ailleurs, dans un autre ordre d’idées, on attire des situations qui sont là pour nous aider à comprendre des enjeux, des mauvais gestes qu’on a posés, des blessures et des traumas qu’on a vécus, afin de réparer notre passé et devenir de meilleures personnes. Du passé proche ou lointain, parfois même de vies passées.

A ce sujet, c’est en revisitant une vie passée que j’ai fini par sortir de dépression, par exemple. J’étais « tombée » en dépression à l’âge de 18 ans. J’en suis sortie à 52 ans.

En 2016, j’ai revisité une autre vie passée et ai guéri d’une peur viscérale que je vivais depuis toute jeune. Je vous raconterai un jour.

C’est depuis là que j’ai commencé à ajouter de plus en plus le travail avec les vies passées dans mes consultations et stages, et à voir de belles transformations se dérouler chez mes clients.

La vie qu’on choisit

Coïncidences. Synchronicités. Les « hasards » s’enchaînent et nous font vivre ce qu’on a à vivre pour avancer sur notre chemin, celui qu’on a décidé de vivre vers les buts et rêves qu’on s’est fixés. Au passage, nous avons quelques leçons à apprendre et guérisons à faire. Ce qui est sûr, cependant, c’est qu’un jour, la vie devient plus agréable.

Peut-être est-ce mon (noble) âge ou la sagesse acquise à travers mon vécu qui me faire dire ça. N’empêche qu’après 45 ans de vie difficile, je peux dire aujourd’hui que je suis tellement plus en paix et heureuse qu’il y a quelques années… Le tournant de ma cinquantaine a été marquant.

J’ai hâte à celui de 60, dans deux ans. Il paraît qu’on devient encore plus sage et plus heureux. D’après mes deux amies astrologues, c’est alors que je vais vraiment atteindre une vie des plus agréables. Je me réjouis !

D’ici là, j’apprécie grandement ce temps de (dé)confinement surtout que, pour la première fois depuis le 23 mars (alors que j’étais au Sri Lanka), l’été est arrivé et j’ai enfin mis une robe d’été ! A bas les pantalons et les polaires pour un petit bout. Enfin j’espère. La météo annonce un été des plus chauds au Québec 😉

Dernières créations

Je continue à tricoter pour Mila et commandes. Voici les derniers :

A bientôt

PS : merci de laisser vos commentaires sous cet article et non dans Facebook ou autre, qu’il reste avec l’article.

De tout coeur

Dominique Jeanneret

© Tous droits réservés. Reproduction interdite sans mon autorisation.

.

 

 

 

 

 

 

4 Comments

  • agnes

    Coucou Dominique ,
    la vie est vraiment faite de hasards, mon ami par l’ intermédiaire d’un forum a acheté une bricole ,à un homme en discutant de ci et delà , et en lui demandant son nom pour lui envoyer le chèque , ça fait tilt dans ma tête.je prends part à la discution et je lui demande s’il n’a pas une sœur qui s’appelle Brigitte il me dit oui, et là vu son prénom , je lui dis tu ne serais pas le philou à qui on payait des tours de manège(cela se passait il y a plus de 40 ans) ta soeur et moi ,lorsque nous étions avec nos petits copains et là un blanc puis un énorme fou rire .(anecdote on payait son silence et maintenant il est officier de gendarmerie )
    depuis j’ai conversé avec sa soeur et nous avons promis de nous revoir après le confinement et si on peut se déplacer car çà ce n’est pas gagné, car nous avons 500km qui nous séparent.

    et comme je dis souvent :
    Le hasard, c’est Dieu qui se promène incognito. – Albert Einstein

    Elle est pas belle la vie !
    Bises
    Agnès

  • LucieLabelle

    Vous avez parfaitement raison ,ma vie a été parsemer de rencontre qui ont changer le cour de ma vie.Certaine personne ont eu plus d’influence que d’autre, mais était placer au bon moment sur ma route .Pour d’autre j’ai toujours été certaine que l’on en était pas à notre 1er vie ensemble , dont mon mari qui m’a été présenter par une amie que je venais de connaître dans l’autobus scolaire.Quand elle me l’a présenter comme son ami d’enfance , j ‘ai vu ce garçon de 17ans et instantanément un film est parti dans ma tête : j’ai vu ce que deviendrais ce jeune homme à 27ans et j’ai entendu dans ma tête : je te présente ton mari.Nous sommes devenu amis tous les trois et le sommes encore.Ce jeune homme pas très beau dans sa pire période de l’adolescence est devenu mon amoureux l’année suivante et mon beau mari depuis 40ans . J’ai eu 60 ans cette année et depuis 2ans ,je vis les plus belle année de ma vie professionnellement et personnellement.La sérénité c’est installé quand j’ai appris à lacher prise .Un jour j’aimerais bien vous rencontrez justement dans le cadre des vies antérieurs j’aurais beaucoup de cheminements a faire de ce coté .Merci pour tous ce que vos lectures m’apportent de positif dans ma vie ,je vous trouve inspirante.

    • Dominique

      Chère Lucie,
      merci pour votre belle histoire d’amour et votre partage de vie. C’est très touchant.
      Je serais heureuse de vous rencontrer aussi. N’hésitez pas à me revenir par la page contact.
      Merci pour vos bons mots aussi. Je vous souhaite de continuer à vivre dans cette sérénité.
      De tout coeur

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *