Au jour le jour

Ah ! L’argent ! Émotions et croyances

J’ai envie de vous raconter un bout de mon cheminement avec l’argent, un sujet de ma vie qui était bloqué depuis toute petite. J’avais beau y « travailler » avec toutes sortes d’approches thérapeutiques et coaching, je n’ai vu que de tout petits pas se déposer avec les années.

Mon souci est de toujours avoir « juste assez » pour vivre, et encore, mais j’arrive cependant toujours à me débrouiller pour continuer.

Quand j’ai commencé à vouloir dépasser ce « juste assez » permanent, il y a des années, un schéma se répétait alors : je travaillais, gagnais un salaire décent, payais mes factures, mon épicerie et il me restait un tout petit peu pour me faire plaisir. Quand il arrivait que je gagne un peu plus que juste assez, une pièce de ma voiture brisait alors, par exemple, engloutissant le « surplus » d’argent avec lequel j’aurais pu me créer un petit coussin financier, m’offrir un cadeau voire même, un jour, partir en voyage. En thérapie, j’avais cependant réussi à briser ce schéma et cela fait des années que ça ne m’était plus arrivé… jusqu’à cette semaine.

Annulations

Depuis 2014, j’ai choisi d’être vraiment dans ma mission de vie et de ne pas déroger. Je ne veux pas retourner dans un bureau faire du 9h à 17h, pour rien au monde. Je dois donc développer des activités qui me font plaisir et qui correspondent à mes valeurs et à ce que je veux partager. Je propose donc des ateliers et stages dans la francophonie et je pourrais financièrement en vivre si le Covid n’avait pas décidé de nous faire vivre des frustrations pour nous amener à créer notre vie autrement.

Au printemps passé, j’avais monté une jolie tournée de stages cet automne en France et en Grèce. Tout a été annulé. J’avais prévu de passer un bout d’hiver entre le sud de la France et La Réunion éventuellement, histoire d’aller au chaud un peu quand même puisque les frontières du Sri Lanka sont fermées (j’allais y passer du temps chaque hiver depuis 2015).

Je me suis finalement retrouvée chez ma soeur en Suisse qui m’accueille fort généreusement pour l’hiver. C’est l’occasion de se retrouver car on s’était éloignées depuis longtemps. L’occasion de mettre à plat le passé, se souvenir de beaux et moins beaux moments et développer une relation agréable.

J’ai quand même pu animer dernièrement deux ateliers de quatre participants en Suisse, juste avant que le gouvernement n’ajoute que les cinq personnes présentes (moi y compris, donc) doivent provenir de deux foyers seulement. Derniers ateliers annulés, du coup. Revenus retombés à zéro.

La méthode PEAT

En même temps, il y a quelques temps, je vois passer dans mes emails une annonce de formation de la méthode PEAT que j’avais expérimentée sur moi-même avec de bons résultats il y a quelques années au Québec. Je voulais alors la suivre mais elle ne se donnait qu’en Europe et je ne pouvais pas y participer. Magie du Covid (il a du bon quand même, comme toute chose) : la formation se donne maintenant en ligne et, deuxième belle surprise, à un prix fort raisonnable que je peux assumer. J’ai décidé de m’y inscrire et ai commencé les cours il y a trois semaines.

J’ai alors demandé une séance privée à la prof, Danielle, car je veux vraiment décrocher de mon pattern de « juste assez » d’argent, pour ne pas dire carrément (presque) plus, actuellement. C’est là que mon mental, mon ego et toutes mes croyances inconscientes en ont pris une belle claque.

Mes croyances si profondes bloquaient toute entrée d’argent. Croyances imprimées d’un beau-père qui me traitait comme une intruse dans sa famille, qui donnait tout à ses deux enfants – qui ne se gênaient pas pour demander et recevoir abondamment – et rien à moi, qui ne demandais rien à cet homme que je détestais. Maman, sa femme, avait donc « juste assez » pour moi.

De plus, mon beau-père refusait toute expression de qui j’étais, voulais, etc… Je me sentais écrasée et bafouée chaque fois que j’ouvrais la bouche pour me nommer dans mon avis ou un besoin. Du coup, j’ai appris à me débrouiller entièrement par moi-même et ne rien demander à personne. La croyance fut profondément ancrée dans mes cellules à tel point que je ne pense même pas à demander.

L’écriture est devenue, plus tard, mon moyen d’expression. Mes amis me disaient que je ne parlais pas de moi. On me le dit encore. Je n’ai pas vraiment besoin, en fait, d’étaler mes humeurs et émotions sauf quand j’ai envie de partager, comme dans mon livre ou ici de temps en temps, ou avec des personnes choisies.

Dans la séance avec Danielle, le passé pénible et les croyances reliées voulaient à tout prix prendre la place. La petite fille en moi jouait à la victime et voulait justifier la situation en expliquant plein de choses avec ma tête, bien sûr. C’est alors que Danielle m’a expliqué la difficulté de pouvoir avancer quand on est HP (haut potentiel, douée) : on a des milliers de pensées en même temps, bien plus que la moyenne des gens, et ces pensées parasitent l’ici et maintenant. Le mental prend toute la place, veut tout expliquer là où, en fait, on a besoin d’inverser ces croyances et appliquer des règles simples pour rebalancer les neurones vers le positif.

Danielle a eu du fil à retordre avec mon mental mais ne m’a pas lâchée. Un peu rude parfois, mais il le fallait, elle m’a gardée sur le chemin vers la guérison. Elle m’avait entendue dans ma souffrance et était avec moi sur ce chemin.

Quand la séance fut terminée, je pleurais de gratitude envers elle. Pour UNE fois dans ma vie, quelqu’un m’avait accueillie pleinement dans ma souffrance, avait été plus fort que mon mental et avait réussi à m’aider à débloquer des choses en moi au sujet d’argent mais aussi d’amour, car l’argent et l’amour sont souvent reliés.

Le lendemain

En ouvrant mon ordinateur au petit matin, le premier message que je vis m’annonçait que ma cliente venait de m’envoyer 100$ qu’elle me devait. J’ai dit Merci à la vie. Je venais de recevoir un signe que l’abondance allait commencer à entrer dans ma vie… jusqu’à deux heures plus tard où je reçus un message me disant que mon hébergeur de site web avait prélevé 496 $US sur ma carte de crédit pour le renouvellement annuel !

Je venais de recevoir 100 $CAD et voici qu’un fournisseur venait de prélever l’équivalent de 630 $CAD sans que j’aie été avertie !!! J’ai avalé ma salive et ai pris un peu de distance de cette situation. J’ai même souri. Ce genre de signe de la vie est tellement énorme que je savais, (du moins j’espère toujours que ce n’était que ça) que c’était ce que j’appelle le « test ultime », soit la dernière fois qu’un situation récurrente difficile se reproduit mais en tellement gros que c’en est quasiment ridicule. Je me sentais à la fois insultée, en colère et impuissante. Malgré les échanges avec le service de la facturation de l’hébergeur, je ne pouvais qu’accepter cette facturation.

J’ai pris ensuite la voiture que m’a prêtée ma cousine pour quelques temps et suis partie avec mon neveu pour aller voir un client (= un revenu potentiel, le seul de la semaine). Au coin de la rue après avoir quitté la maison, la voiture a décidé de s’arrêter sans crier gare. J’ai juste eu le temps de la garer dans une entrée sur le bord de la route et tout s’est arrêté. J’avais beau tourner la clé, rien de se passait. Mon neveu a alors fouiné dans le moteur sans rien trouver. Cinq minutes après, j’ai tourné la clé une nouvelle fois et, surprise, elle a démarré !

Je l’ai amenée chez le garagiste au village qui a diagnostiqué une anomalie bénigne qui pouvait se reproduire. Je pensais à mon client – que je venais de remettre à samedi suivant – et à la facture du diagnostique. Encore, là, je voyais que j’allais avoir besoin de plus d’argent que ce que la vie m’en donnait.

J’ai respiré profondément et ai décidé que cela ne se passerait pas comme d’habitude, que je n’avais pas à payer plus que ce que je gagne, et de loin pas.

Quand j’ai demandé au garagiste combien cela allait me coûter, il m’a dit que c’était… gratuit. Merci la vie, merci à moi d’avoir décidé que je ne me laisserais plus embarquer dans ces situations de manque qui étaient récurrentes dans le passé. Je sais que j’ai créé cette situation pour me tester…

Le cadeau

Le chemin n’est pas terminé. D’autres pensées et croyances sont encore sur le chemin mais je sens une ouverture s’être enfin faite suite à ces séances de pratique avec Danielle puis mes collègues de cours de la méthode PEAT. Elle est bluffante et permet vraiment de dépasser et guérir des émotions et traumas dont on ne se doute même pas. Considérant que nous sommes dans une dualité intérieure, elle permet de rebalancer nos neurones négatives pour retrouver le positif (en très résumé !).

Autour de moi, amis et famille ont de l’argent et vivent confortablement. Je commence à comprendre pourquoi pas moi et à libérer ces émotions et croyances bloquées depuis si longtemps. Encore quelques pas et je devrais, moi aussi, arriver à m’ouvrir pleinement à l’abondance autant financière qu’amoureuse…

Je me souhaite ce cadeau de Noël, bien mérité après plus de 50 ans dans le « juste assez » 🙂 .

Et vous, avez-vous l’impression que vous êtes aussi bloqué(e) à recevoir ? Je vous souhaite de trouver vous aussi les causes de ce blocage et à laisser entrer l’abondance à tous les niveaux de votre vie !

Lecture suggérée :

De tout coeur,

Dominique Jeanneret

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.