Au jour le jour

A propos de la santé, de la mort et du Wesak

Le printemps arrive doucement à Québec même si le vent frais qu’on doit supporter en faisant la queue devant les magasins est plutôt glaçant au bout de 20 minutes d’attente. Je me demande combien de personnes se sont enrhumées à attendre parfois jusqu’à une heure pour aller acheter quelque chose 😉 J’ai pris patience (dehors) et ai fini par trouver les boutons pour les tricots que j’ai faits. Il me reste juste à les coudre.

Comment Bouddha gère la colère

J’ai découvert cette charmante vidéo remplie de vérités toutes simples. Bouddha avait compris la simplicité. C’est là que se trouvent les réponses à bien des questions existentielles en rapport avec la colère mais cela peut s’appliquer aussi à d’autres émotions. Un trois minutes de visionnement bien investies :

A propos de gestion d’émotions

Je devais animer deux jours d’ateliers les 16 et 17 mai prochains à Québec mais avec la situation, j’ai décidé de me lancer et de les animer par vidéo-rencontres. Ainsi, ce seront non seulement les Québécois mais aussi les Européens qui pourront participer. C’est avec joie que je vous invite donc à ces deux journées d’ateliers (indépendantes l’une de l’autre. Il n’est pas nécessaire de participer le samedi pour venir le dimanche) :

Samedi 16 mai 2020
Atelier : Ramener le calme en soi et reconnecter avec sa joie

Dimanche 17 mai 2020
Atelier : Comment bien gérer ses émotions et retrouver son pouvoir

Tous les détails et inscription en cliquant sur le lien de la journée de votre choix.
Ce sera une grande joie de partager ces beaux moments avec vous. Au plaisir de vous y accueillir !

A propos de la santé et de la mort

Un dessin publié sur Faceb ce matin avait ce commentaire : « Voilà le dessin qui symbolise le mieux le travail des soignants. (…) Empêcher la mort de venir ! ». L’image représente l’énergie d’une personne aux soins intensifs, flottant au-dessus d’elle, retenue par une corde que retient un médecin.

J’ai vécu plusieurs expériences de mort imminente aussi j’ai un rapport avec la mort différent de bien du monde qui, pour la plupart, en ont peur. C’est une des plus grandes peurs que l’humain vit. Probablement la plus grande.

Quand je lis un tel commentaire, « Empêcher la mort de venir !!! », je me demande pourquoi la plupart des gens s’acharnent à vouloir faire vivre des gens pour qui – pas tous, bien sûr -, c’est peut-être l’heure de s’en aller vers un autre Voyage. La peur de mourir, de souffrir, quand on est le patient. La peur de laisser mourir, quand on est soignant, la culpabilité de ne pas avoir réussi à « sauver ». L’impuissance.

Ces moments d’éventuelle fin de vie font vibrer beaucoup d’émotions et de sensations chez les soignants. La peur de laisser mourir ravive des blessures, des enjeux psychologiques que chaque soignant vit personnellement, consciemment ou pas. On doit apprendre s’en détacher tout en offrant beaucoup d’empathie (pas de la sympathie) et de compassion aux patients. Cette qualité de tout soignant, cet amour dans la vocation tout en n’étant pas dans l’attachement, s’acquiert avec l’expérience, la maturité.

J’ai été aide-infirmière pendant dix ans durant mes études en Suisse. J’étais très appréciée par ma compassion, mon empathie et ma générosité. J’étais proche des patients, plus que bien d’autres soignants de mes équipes. Cependant, quand un patient quittait ce monde, je n’avais pas de culpabilité ou de sentiment d’impuissance car je savais que c’était son heure. Je priais alors pour lui/elle et l’accompagnais dans l’au-delà éventuellement.

Alors, quand je vois l’acharnement, parfois, je me dis que je n’en voudrai pas le jour où ce sera mon heure. Je veux partir quand ce sera le temps. Simplement. Mais bon, je pourrais écrire des pages de dissertation philosophique sur ce sujet. Chacun a son avis et on se respecte. C’est ce qui est le plus important.

La pleine lune du Wesak

C’est aujourd’hui la pleine lune du Wesak. Elle est célébrée par un grand festival qui commémore l’anniversaire de Bouddha soit sa naissance, son illumination (bouddhéité) et sa mort (parinirvana) du Gautama Bouddha dans la tradition bouddhiste Theravada.

Cette triple commémoration est la plus grande fête religieuse tenue par les bouddhistes et certains hindouistes en Inde, au Sri Lanka, au Népal, au Tibet, au Bangladesh, au Bhoutan, en Indonésie, Singapour, Thaïlande, Cambodge, Laos, Malaisie, Myanmar, Mongolie, Philippines, Chine, Japon, Corée du Sud, Corée du Nord, Taiwan et Vietnam.

Certains courant considèrent Wesak comme étant la descente et la bénédiction des énergies bouddhique et christique : Bouddha et le Christ viendraient ensemble bénir la Terre et toute l’Humanité à la Pleine Lune du Taureau de chaque année. C’est une jolie façon d’unir ces deux courants spirituels, je trouve.

A tout bientôt !

De tout coeur

Dominique

.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *